Octobre, le mois du Rosaire

Je te salue Marie,

Pleine de grâce…

 

Souvent, j’ai murmuré ces paroles apaisantes, souvent je les ai entendus réciter dans la clarté du soleil qui se lève ou dans la pénombre dansante de la flamme qui vacille.

Tantôt machinalement sans trop y penser, chanson du chapelet qu’on égrène, tantôt avec ferveur et la foi du cœur qui croit.

Mais qui es-tu, Marie, étonnante fille d’Israël, quel est le secret de ton charme, comment fais-tu pour mettre les gens en route, pour les pousser sur le chemin des pèlerins au plus profond d’eux-mêmes, à la recherche des plus petits, au-devant de Dieu ?

Pourquoi tant de femmes, pourquoi tant d’hommes te confient-ils leurs chagrins, te racontent-ils leurs joies, chaque jour, partout aux quatre coins du monde ?

C’est pour aller à ta découverte sur les lointains chemins de Palestine que je me suis mis(e) à feuilleter la Bible ce matin. Je t’ai rencontrée, au détour des versets, femme comme toutes les femmes, au milieu de ton peuple.

Oh, dans l’Évangile on ne parle pas très souvent de toi, seulement à des moments-clés de l’histoire qui unit Dieu et les hommes : à la naissance de Jésus, pendant sa mission de prédication, au pied de la croix, le jour de la résurrection, dans l’euphorie de la Pentecôte.

J’ai compris, ce qui fascine en toi, c’est ton extraordinaire confiance enracinée au plus profond de toi et au-delà de toi, ancrée dans l’histoire du peuple de Dieu, ta confiance en Dieu Amour.

Je pense que c’est cela le secret de ton charme, le secret qui attire vers toi ceux qui un jour au détour de leur vie, t’ont rencontrée et forts de ta confiance se remettent debout et reprennent la route.

 

Je te salue Marie,

Pleine de grâce…

 

Source : « Sur les routes… une Parole », VIE FÉMININE 1991