Le Ramadan, occasion de manifester notre fraternité

Le Ramadan, occasion de manifester notre fraternité

Commission diocésaine pour le dialogue interreligieux

Pour le Ramadan qui a débuté cette année le 24 avril, la Commission pour le dialogue interreligieux s’adresse, avec notre évêque, à tous les chrétiens du diocèse pour les inviter à témoigner de leur affection et de leur solidarité aux croyants musulmans. C’est aussi l’occasion d’approfondir quelques aspects communs de nos fois respectives, comme la miséricorde, la lutte contre la maladie et la justice.

Le Ramadan, 9e mois lunaire de l’année musulmane, est un mois spirituellement très intense pour tout musulman pieux : le jeûne, la prière, le partage sont vécus comme moyens d’ouverture des cœurs à la conversion.  Si ne pas manger ni boire du lever au coucher du soleil est certes éprouvant, la rupture du jeûne, chaque soir, est d’ordinaire joyeuse. Hélas, le confinement impose aux musulmans des restrictions, rendant impossible d’inviter des proches, des voisins ou des personnes d’autres convictions ou religions à participer, par exemple, à la rupture du jeûne qui est fêtée chaque nuit, jusqu’à la grande fête qui marque la fin du Ramadan (le 23 mai). Nous souffrons de n’avoir pas pu fêter Pâques comme il se devait. De même, les musulmans sont contrits d’être empêchés de partager comme ils le souhaiteraient et comme le Ramadan le demande.

Pour nous et nos communautés chrétiennes, il s’agit de saisir cette occasion pour exprimer notre respect et notre solidarité à nos voisins de foi musulmane, surtout en ce temps de crise sanitaire et de crise économique, qui engendrent la méfiance, le repli sur soi et la « peur de l’autre. » En tant que chrétiens, nous sommes invités à l’accueil et au dialogue, même en prenant le risque qu’il n’y ait pas de réciprocité, comme Jésus s’est comporté avec ceux et celles qu’il rencontrait.

Quelques précisions d’ordre pratique :

*Le Ramadan débute le vendredi 24 avril mai et la fête de la fin du Ramadan est fixée au samedi 23 mai.

* Trois gestes sont proposés à cette occasion :

1.      Le message signé par les deux évêques référendaires et le Président du Synode national de l’EPUB (Eglise Protestante Unie de Belgique). Ce message pourra être remis, en nom propre ou au nom des EAP, aux communautés, associations, familles musulmanes. Bien entendu, le confinement empêche une rencontre, mais le message peut être envoyé par la poste.

2.      Une intention de prière lors de la messe dominicale célébrée en groupe restreint ou lors d’un temps de prière en famille, les 16 et 17 mai.

3.      Des carte de vœux peuvent être commandées en autant d’exemplaires que l’on souhaite au Centre El Kalima : 69 rue du Midi, 1000 Bruxelles, t. 02.511.82.17. Elles peuvent être distribuées, par la poste, aux voisins, aux connaissances, aux amis de foi musulmane.

 Commission diocésaine pour le dialogue inter-religieux